Piano, Harmonica, Ukulélé: la Musique de Sfar

Je suis fan de Joanna Sfar.  J’ai découvert Pascin chez Gibert Jeune où j’ai lu la prémière épisode sur place et j’ai acheté tous les volumes (c’était après que j’ai appris qu’il éxiste une compilation, putain).  Ensuite, j’ai trouvé Harmonica, qui m’a inspiré de lire Ukulélé.  J’avais envie d’acheter Piano, mais je me suis rendu compte que pouvais le lire sur mon ordinateur.

J’ai intitulé cette poste La Musique de Sfar parce je trouve un certain magie dans son trait- un peu de jazz si vous voulez. Je montre cette vidéo, c’est une chanson d’Eric Dolphy, jazzman du début des années 60, parce que cette musique de jazz partage un certain esprit avec Sfar pour moi.  La structure qui est plus ou moins simple de trouver au début, mais tout d’un coup il y a un moment mordant:

Il est rare qu’on trouve  les dessins si libres et si expressives aux bandes dessinées, et c’est cette libérté qui m’a captivé à l’instant que j’ai vu les images de Sfar.  Je ne peux pas trouver un bon comparison avec son style- il est tout à fait unique.

Mais apparement ce n’est pas très à la mode d’adorer Joann Sfar.  Comme on a discuté en cours, après que Sfar est devenu grand star dans le monde de bande dessinée, il y avait beacoup de gens qui ont commencé de le détester. C’est toujours facile de n’aimer pas ceux qui ont trouvé du succès.  Mais en fait, quand on a regardé l’entretien avec Sfar, c’était évident qu’il est égoiste.  A part du fait qu’il a écrit/dessiné cinq volumes de carnets personels completement du sujet de lui-même, il a dit des chose vraiment narcissique, comme il est à la tête de l’aristocracie de bande dessiné.  Même s’il est vrai, ça va mieux d’avoir un peu d’humilité.

Son égo énorme me fait penser un peu de Pablo Picasso, qui a aussi produit profliquement.  Chez Picasso et chez Sfar il y a un esprit qui défie tous les autres artistes de faire des travaux autant bons qui ceux qu’ils ont déja crée, et plus important, il y a l’idée qu’ils peuvent faire n’importe quoi qu’ils veulent.  En fait, Sfar a dit presque directement, « Je fais ce que je veux. »  Cette attitude n’est pas très plaisant, mais il faut reconnaître qu’elle produit des ouvrages extraordinaires. Voila un beau portrait d’Igor Stravinsky, compositeur de Le Sacre de Printemps parmi beaucoup d’autres travaux magnifiques, par Picasso:

picasso_s_stravinsky1

Après tout Sfar partage un certain style avec Picasso ainsi qu’une autosatisfaction.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :