Les Origines de la Bande Dessinée

Selon Frédéric Pomier, la première bande dessinée est le sujet d’un grand débat dans lequel il y a deux camps : celui qui s’attribue Rodolphe Töpffer (en haut), le dessinateur suisse de dix-neuvième siècle, et celui qui s’attribue le mérite au Yellow Kid de Richard F. Outcault (en bas), le personnage principal dans le premier strip d’un journal américan au fin de dix-neuvième siècle.

Si il fallait nécessaire de choisir un inventeur entre ces deux candidats super, je choisirais Töpffer. Je crois que l’ésthetique de Outcaulta eu une grande influence sur le style de la bande dessinée américaine, mais Töpffer a crée la base de l’art séquentiel.

Avec la bulle qui a été popularisé par Yellow Kid, Alain Saint-Ogan a crée la bande dessinée Zig et Puce.

Le thème d’aventure et un personnage qui est animal (Alfred, le penguin) a beaucoup influencé TinTin d’Hergé.  Le succès énorme de TInTin a promoté deux modes en France: le préférence de le format du album et le prolifération des bandes dessinées de la jeunesse. Asterix, Lucky Luke, et Pilote ont suivi TinTin et ils ont trouvé du succès commecial aussi. Dans cette époque, c’était courrant de voir des BD aux journaux.  Thierry Groensteen reconnaît le rôle important de France-Soir, un journal quotidien qui a commencé de publier des bandes dessinées dans les années cinquante.  Ironiquement, ce journal a republié le dessin notoire de 2006 qui a représenenté des musulmans et leur prophète, Mohammed.

Mais, avant Jacques Lefranc, l’ancien editeur de France-Soir, a été tiré par le propriétaire, le journal a présenté la bande dessinée à beaucoup d’adultes.  C’était dans les années soixante-dix que le genre de bande dessinée pour les adultes a developpé.  Aux Etats-Unis, les bandes dessinées underground comme celles de Robert Crumb ont commencé d’apparaître en plus en plus.  Ce site donne un ordre chronologique aux oeuvres de Crumb. http://www.crumbproducts.com/history/timeline.htm

En France, un mouvement similaire a developpé, surtout avec le publication de Charlie Mensuel, une revue de bande dessinée qui a declaré comme slogan, « Charlie. Le seul journal de bandes dessinées lu par des gens capables de lire autre chose que des bandes dessinées. »  Avec cette idée d’une bande dessiné intellectuelle et artistique, la bande dessinée est devenue « le neuvième art, » et le chemin a été ouvert pour les nouvelles bande dessinée créative et alternative, comme celle de Joann Sfar:

Ce dessin-là partage des trait avec Crumb, n’est-pas?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :